La Multiplication De L'arnaque Au Prêt

La Multiplication De L'arnaque Au Prêt

Depuis l'apparition des plate-formes de crowdfunding en France, un ingénieux modèle d'arnaque s'est propagé sur la toile à travers les espaces communautaires et dans les e-mails : de prétendus financements en ligne envoyés rapidement, sans apport requis, sans garanties et par des individus qui prétendent être des investisseurs particuliers. Nous parlons bien sûr d'une tromperie, mais l'abondance des fausses annonces sur pages permet d'imaginer la gravité de la situation. Conséquence: énormément d'internautes ont été floués du fait de cette escroquerie.

Un scénario bien rodé

Attirer l'attention de la victime avec une proposition de crédit intéressante

L'arnaque au crédit rapide est présentée sous l'aspect d'une trame plus ou moins crédible. Du point de vue de l'escroc, il s'agit là d'une phase importante car il sait que la réussite de sa tromperie est en grande partie due à la croyance ou non en son histoire. Pour appâter la plus grande quantité de victimes possibles, il rédige et met en ligne une fausse annonce sur des sites à forte fréquentation tels que les forums ou les réseaux sociaux. Certains posts populaires ne contrôlent pas assez les pages de commentaires visibles par tous, ce qui devient alors un lieu préféré des arnaqueurs.

Pour faire simple, l'arnaqueur s'affiche comme une personne disposant d'un magot qu'elle espère faire fructifier en distribuant des prêts avec un taux d'intérêt très concurrentiel. Quelques fois, il se fait passer pour un rentier à la retraite qui souhaite se passer du système financier classique et donner ainsi l'image d'un homme noble et aspirant à d'améliorer la société. Cette stratégie va permettre une chose : jouer sur la détresse financière des gens fragiles en tentant de leur expliquer qu'un financement est envisageable, même sans conditions de ressources. Il propose de leur accorder un emprunt, même s'ils ont déjà des crédits à rembourser. Une fois le dossier accepté, notre faux prêteur promet le virement de l'argent sous72h avec des échéances qui peuvent monter jusqu'à plusieurs années.
Bien qu'il puisse sembler évident pour la plupart des gens que des offres de ce genre sont peu probables, il est à noter cependant que des personnes se trouvant financièrement au pied du mur peuvent se faire avoir à cause de cette promesse de crédit rapide qui les attire.

Envoyer des gages de sérieux et de confiance

Sur le web, n'importe qui est capable d'usurper une identité avec plus ou moins d'imagination. C'est de cette façon qu'opèrent les arnaqueurs au faux crédit en créant intégralement un faux personnage qui saura coller avec leur histoire. Dans un premier temps, ils donnent un nom et prénom qui sonne français à ce faux profil. Donc pas de prénoms étrangers qui pourraient faire fuir certains. La cible doit avoir l'impression que le prêteur habite tout près. Dans un scénario bien orchestré, notre faux prêteur peut tenter de passer pour une personne âgée ou jeune retraitée. Les escroqueries au pręt ŕ la consommation rapide plus ingénieux vont jusqu'à demander des fiches de paie à sa future victime, d'autres lui demandent de donner des réponses à un questionnaire sur son emploi. Pour augmenter encore plus sa crédibilité, l'escroc n'hésitera pas à fabriquer de multiples profils avec lesquels il postera de fausses recommandations qui viendront faire l'éloge de l'annonce.

Valider toutes les sollicitations

Lorsque la personne ciblée est persuadée du sérieux de l'opération, notre escroc peut maintenant passer aux choses sérieuses. Il confirme qu'il accepte sa demande de d'emprunt, mais exige le règlement de frais de dossier par mandat pour valider la procédure. Ces frais divers peuvent représenter quelques centaines d'euros et servent à compenser le temps passé par le prêteur à traiter son dossier. Ces frais sont, selon ses dires, obligatoires pour libérer le capital. Si la victime accepte, le faux prêteur lui ordonnera ensuite de régler une prime obligatoire d'assurance emprunteur. Évidemment, la victime ne recevra jamais son crédit et notre faux prêteur récupérera l'argent avant de se volatiliser.


Comment prévenir de telles arnaques ?

Tout le monde en France n'est pas accrédité à proposer un emprunt et le crédit aux particuliers reste une activité encadrée. Si un particulier ou une organisation fait de la vente de services bancaires en ligne, le site doit impérativement afficher ses mentions légales et les CGV. Pour obtenir le statut d'établissement de prêt, tout organisme se doit d'être en possession d'un agrément de l'ACPR et d'une immatriculation au registre de l'ORIAS. N'importe quel site de prêt entre particuliers doit nécessairement posséder ces autorisations, dans le cas contraire, il s'agit clairement d'une arnaque.

De plus, il faut savoir que les délais d'obtention d'un emprunt ne sont pas aussi rapides et qu'il faut compter environ deux semaines avant de recevoir les fonds en banque. Et même si un particulier était en possession de capital à placer de cette façon, il ferait une profonde et longue analyse de toutes les demandes avant de choisir les plus solides.
En temps normal, un prêteur ne délivrerait jamais un quelconque crédit (immobilier, personnel ou à la consommation) à un individu inscrit au FICP de la Banque de France concernant des impayés.